Le Caire. Un cimetière habité : la Cité des Morts (2005)

City of the Dead, Cairo, Egypt. © PFRunner 2005

city_dead.jpeg

La Cité des Morts, un des cimetières du Caire [Égypte]. L’habitat y est toléré depuis 1967, crise du logement oblige. Le centre du Caire est dans mon dos. Au fond, des quartiers d’habitation récents, puis à l’horizon le « mur » du désert. Juste devant moi, un quartier « d’entre-deux », sorte de ville basse où se mélangent morts et vivants. De larges avenues qui n’accueillent pas grand monde. Un rassemblement là-bas sous un arbre. Alors que partout le Caire grandit vers le désert et monte vers le ciel, la Cité des Morts ne dépasse pas le rez-de-chaussée. Seules quelques mosquées percent ici et là l’horizontale des toits.

city_dead2.jpegcity_dead25.jpegcity_dead3.jpegcity_dead8.jpegcity_dead4.jpegcity_dead5.jpeg city_dead6.jpeg city_dead7.jpeg

Des visiteurs me disent :

Michèle : – Je suis allée en Égypte et la Cité de Morts m’a fascinée. J’ai pris quelques photos du car mais… Les vôtres m’ont ramenées là-bas ! Merci.

Ruth : – La vision du cimetière est la plus triste que je n’ai jamais eue de mon voyage. C’était après une longue période de sécheresse. Voir grouiller les enfants derrière les vitres de mon car climatisé m’a laissé un goût amer…

Whynot : – L’endroit ou sont amenés les touristes est il le lieu dont j’ai si souvent entendu parlé, dans lequel il ne faut pas s’aventurer ?

Je leur réponds : – Je suis d’abord entré au cimetière du Caire par un livre dont je retrouve le nom : Les couleurs de l’infamie. Un livre du grand Cossery. J’avais donc noté dans mon carnet : ne pas rater la Cité des morts. Une fois là-bas, j’ai longuement regardé le plan. Et je suis parti dans sa direction. Sans autre ambition que de pouvoir témoigner des difficultés de logement dans la plus grande ville d’Afrique ou presque. Évidemment, en tant qu’architecte, j’ai regardé aussi comment on pouvait « détourner » une ville des morts en une ville de vivants… Et les images qui me sont apparues sont restées profondément gravées en moi.

N’y partez pas pour rien. Sans une belle intention… Y aller ou pas : vous ne vous poserez plus de questions…

11 réflexions sur “Le Caire. Un cimetière habité : la Cité des Morts (2005)

  1. Je suis allée au Caire il y a plusieurs années et la vision de ce cimetière est la plus triste que je n’ai jamais eue.Notre voyage se passait après une longue période de sécheresse sur le pays. Voir grouiller les enfants dans ce cimetière alors que j’étais dans un car climatisé, m’a laissé un goût amer.

  2. L’endroit ou sont amenés les touristes est il le vrai lieu dont j’avais entendu parlé à plusieurs reprises et dans lequel il ne fallait pas s’aventurer?

    • Je suis d’abord entré au cimetière du Caire par un livre dont j’oublie momentanément le titre… Un livre du grand Cossery. J’avais donc noté dans mon carnet : ne pas rater la Cité des morts. Une fois là-bas, j’ai longuement regardé le plan. Et je suis parti dans sa direction. Sans autre ambition que de pouvoir témoigner des difficultés de logement dans la plus grande ville d’Afrique ou presque. Évidemment, en tant qu’architecte, j’ai regardé aussi comment on pouvait « détourner » une ville des morts en une ville de vivants… Et les images qui me sont apparues sont restées profondément gravées en moi.
      N’y partez pas pour rien. Sans une belle intention… Vous ne vous poserez plus de questions…

  3. Tourab el rafirh (le GARDIEN DU CIMETIÈRE )

    Nom de la nécropole de l’an 900, les mausolées étaient gardés par des Rafihss (gardiens), coutume qui s’est perpétuée jusqu’au 19ème siècle. Les familles de gardiens et leur descendants sont restées dans la nécropole, des logements se sont construits, des familles ce sont installées… Revoir tous les fadaises sur le Caire (sic), un logement dans la zone du cimetière est équivalent à un logement de Toura ou de Medinet el Salam.

  4. « Le Messager […] a interdit de plâtrer les tombes, de s’asseoir ou de construire dessus. »
    Sahîh Muslim, selon Jâbir

    J’ai entendu le Prophète […] dire : « Ne prenez pas les tombes comme mosquées, car je vous l’interdit. »
    Sahîh Muslim, selon Jundub ibn cAbdillah Al-Bajalî

    • J’ai bien failli m’exclamer : — Mais qui diable sont ces photographes qui viennent laisser leur pub en commentaire sur le site !… et effacer dare-dare le vôtre… Mais j’ai cliqué sur le lien, et vu qu’il s’agissait de vraies images…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s